maritime

Le gouvernement canadien a adopté la Loi sur la protection des phares patrimoniaux (LPPP). La législation, en vigueur depuis mai 2010, est conçue pour protéger des phares appartenant au gouvernement fédéral et ayant une importance patrimoniale. Cependant, cet engagement envers le patrimoine repose entièrement sur la localité où se trouvent érigés les bâtiments. Quelle valeur doit-on accorder à une loi qui n’a aucune mesure coercitive?

Les phares du Saint-Laurent

Phare à cap-des-Rosiers Site internet Parce que la vie c'est du bonbon, s.d.

À Cap-des-Rosiers, 1858
Site internet Parce que la vie c’est du bonbon, s.d.

Les premiers phares bordant le fleuve Saint-Laurent apparaissent au XIXe siècle. Parmi les plus anciens figurent ceux de Cap-des-Rosiers (1858), de Pointe-au-Père (1859) et de Cap-Chat (1871). Aujourd’hui, les capitaines n’ont plus besoin de ces balises puisqu’ils dirigent leur navire à l’aide de satellites.

Au Québec, treize phares sont cités par des municipalités et un seul est classé par le ministère de la Culture et des… Continuer la lecture

Coordonnées

 

438 899-8559

patrimoine@dianejoly.ca

Link to my Facebook Page
Link to my Rss Page
Link to my Twitter Page