conflit

Enjeux du patrimoine

À Gatineau, dans le secteur de Vieux-Aylmer, un projet immobilier subit les humeurs patrimoniales tant d’opposants que du conseil municipal. Le cas du 22, rue Principale montre comment des visions divergentes du patrimoine peuvent mener à une impasse.

Deuxième version du projet

Deuxième version du projet

Le 22, rue Principale

En 2014, un promoteur achète un terrain vacant situé sur la rue Principale afin d’y construire un immeuble comprenant 18 copropriétés et un espace commercial au rez-de-chaussée.

Le site projeté se situe à 152 mètres de l’auberge Symmes, berceau de l’ancienne municipalité et protégé par le gouvernement du Québec. L’auberge jouit d’une aire de protection qui oblige le promoteur à faire approuver ses plans par le ministère Culture et Communications (MCC) avant le début des travaux.

La rue Principale abrite plusieurs maisons anciennes bien préservées. Toutefois, sa cohérence visuelle n’est pas très élevée avec plusieurs bâtiments ayant perdu leur cachet historique… Continuer la lecture

Ginseng-à-cinq-folioles

Ginseng à cinq folioles

Patrimoine végétal

À Saint-Bruno-de-Montarville en Montérégie, un boisé entraîne une lutte vive entre un promoteur et les élus. Ce cas illustre la fragilité du patrimoine naturel lorsqu’il se retrouve au cœur d’un conflit où l’une des parties veut le protéger et l’autre le développer.

Le boisé des Hirondelles d’une superficie de six hectares abrite un milieu humide et onze espèces végétales à statut précaire, dont une menacée. Situé sur la marge du parc national du Mont-Saint-Bruno, il s’agit selon les chercheurs d’une aire tampon essentielle au maintien de l’intégrité du parc. Le boisé se trouve dans une zone déclarée résidentielle.

Historique de la situation

Menacé à plusieurs reprises depuis trente ans, le boisé est vendu à un promoteur en 2006. Devant le silence du propriétaire sur ses intentions, une opposition s’organise et, suivant l’annonce d’un projet de développement résidentiel, celle-ci exige des études. Pour sa part,… Continuer la lecture

MISE À JOUR (25 avril 2016) : C’est terminé pour la maison Robinson. Sa démolition est en cours.

MISE À JOUR (18 mars 2016) : Dans une décision récente, la Commission municipale du Québec donne raison à Cowansville dans le dossier de la Maison Robinson. C’était prévisible, les opposants comptent se rendre en cours supérieure avec d’autres motifs.

Patrimoine historique

À Cowansville, un promoteur veut construire 150 logements dans un secteur jugé d’importance patrimoniale. Le conseil municipal approuve; un groupe de citoyens s’y oppose. L’analyse du discours révèle les pistes d’une radicalisation.

La maison Robinson

Construit en 1900, le bâtiment est situé sur la rue Principale dans le secteur de Sweetsburg, l’un des deux noyaux fondateurs de Cowansville. Ce secteur patrimonial est décentré du noyau d’origine. La plupart des bâtiments sont érigés près de la rue au contraire de la maison Robinson qui est située à l’arrière du terrain,… Continuer la lecture

Photo : TC Media (Pierre-Olivier Girard), 2015

Photo : TC Media (Pierre-Olivier Girard), 2015

Patrimoine historique

À Magog, les élus autorisent un promoteur à construire un complexe regroupant des entreprises de TIC à l’entrée de la ville. Ils souhaitent ainsi la positionner comme un lieu dynamique, à succès. Cependant, l’espace convoité abrite une maison centenaire que des opposants exigent de conserver. Que faire du patrimoine – symbole d’un passé, lorsqu’une ville veut orienter son image vers le futur?

La maison Tourigny

Érigée vers 1880, elle est l’une des premières maisons de briques construites dans la région. Le bâtiment appartient d’abord à un tailleur de pierre. Puis, change de propriétaire quelquefois. En 1900, l’avocat Alfred Tourigny, ancien secrétaire-trésorier de Magog, loue le sous-sol, puis acquiert la résidence en 1907. La famille conserve l’édifice pendant un siècle. La maison abrite ensuite une boutique d’antiquités jusqu’à son acquisition par la ville. Elle est à l’abandon depuis une douzaine d’années.

Son… Continuer la lecture

MISE À JOUR : Un article publié dans The Gazette qui révèle tous les enjeux liés au domaine des Pères et qui n’ont rien à voir avec le patrimoine (en anglais).

Photo : archives Le Droit

Photo : archives Le Droit

Patrimoine religieux

En 2012, la Congrégation des Pères de Sainte-Croix décide de mettre en vente son domaine situé dans la municipalité de Lac-Simon en Outaouais. Une pétition est aussitôt lancée avec l’objectif de sauvegarder les lieux. Ce cas met en lumière une mobilisation de réaction qui demeure à la traine des décisions prises par les propriétaires. À quel moment une communauté doit-elle prendre en main son patrimoine?

Le Domaine des Pères de Sainte-Croix

Le domaine, lieu de ressourcement des Pères, abrite une chapelle, une résidence d’été, un milieu humide diversifié et un cimetière où reposent les colons fondateurs du lieu. D’autres éléments d’intérêt comprennent une tour chapelle, une croix de chemin, un calvaire… Continuer la lecture