Prison Winter Photo : Michel Gagnon, (Wikisource, 2007)

Prison Winter
Photo : Michel Gagnon, (Wikisource, 2007)

Patrimoine historique

À Sherbrooke, l’ancienne prison Winter attend depuis 15 ans la bonne idée qui permettrait de mettre en valeur le site. Toutefois, il faut être patient, car les interventions sur ce projet ne sont guère rassurantes. L’appropriation et la mobilisation citoyenne étant des éléments clés, même essentiels, les propos touchant la prison Winter peuvent servir de balises pour jauger la viabilité patrimoniale du projet.

La prison Winter

La prison Winter ouvre en 1870 avec 51 cellules. Le lieu acquiert rapidement une renommée d’insalubrité avec l’exiguïté des cellules, l’utilisation de pots de chambre jusqu’à 1899 et l’installation de l’eau courante seulement en 1914. Six exécutions ont eu lieu dans la cour intérieure. À sa fermeture en 1990, la Société de sauvegarde de la vieille prison est créée et elle obtient le site pour la somme symbolique d’un dollar.

Des activités culturelles s’y tiennent. Toutefois, la Régie du bâtiment interdit l’accès public au lieu en 2007. Le toit et le mur d’enceinte nécessitent des réparations. Les couts de mise aux normes sont évalués à trois millions de dollars. À ce jour, plus de 100 000 $ ont été alloués à des études de faisabilité et de mises à jour.

La prison n’est pas classée par le gouvernement du Québec, ni citée par la ville. En 2008, Héritage Canada l’inscrivait sur sa liste des dix sites patrimoniaux les plus menacés au Canada.

Immobilisme

Selon la Société de sauvegarde, le projet de la prison n’est pas prioritaire pour les intervenants. Depuis 15 ans, la ville de Sherbrooke et les organismes paramunicipaux Cité des Rivières et Destination Sherbrooke promettent des subventions. Cependant, de nouveaux projets bloquent toujours celui de la prison. Du côté des élus, on en parle un peu lors de débats électoraux, mais une fois au pouvoir, ils veulent d’abord examiner le dossier.

Position attentiste

Par ailleurs, la Société de sauvegarde adopte elle-même une attitude attentiste c’est-à-dire qu’elle n’assure pas une position d’autorité même si elle est propriétaire de l’édifice. Ainsi, la priorité devrait être d’assurer l’intégrité des lieux. Cependant, elle attend que d’autres prennent des décisions, octroient des subventions. Une étude sur la valeur patrimoniale du bâtiment existe-t-elle? Est-ce qu’une demande de classement a été acheminée au ministère Culture et Communications?

Rôle ambigu des intervenants

La Société de sauvegarde compte énormément sur l’apport de Destination Sherbrooke dont le rôle consiste à bâtir une offre touristique et à la promouvoir. Dans le cadre d’un projet de mise en valeur, son mandat serait d’assurer l’animation des lieux. D’ailleurs, dans une missive récente à la Société de sauvegarde, le groupe confirme son incapacité financière à maintenir le site en bon état. Selon lui, le milieu doit d’abord décider d’une nouvelle vocation et l’offre touristique suivra.

Pour ce qui est de la corporation Cité des rivières, son rôle est d’intégrer le thème de l’eau pour le développement économique et social de la ville. Enfin, le dernier et le plus important intervenant, la ville de Sherbrooke, n’a pour l’instant aucun projet particulier de mise en valeur du patrimoine historique.

Il est difficile de concevoir, même à long terme, comment ces acteurs, jugés cruciaux par la Société de sauvegarde, pourraient jouer un rôle d’importance pour la protection du bâtiment.

Façadisme

L’une des avenues envisagées serait de s’inspirer de l’Europe en conservant l’élément patrimonial le plus important de la structure – sa façade. Le bâtiment pourrait ainsi être vendu à un promoteur qui reconstruirait un édifice moderne tout en intégrant la devanture ancienne.

Approche pragmatique

Pour d’autres, il faut être pragmatique. Ainsi, les couts de réaménagement étant très élevés, il est impensable d’y investir des sommes sans s’assurer de rentabiliser les lieux. On juge que la citation patrimoniale serait pour la ville de Sherbrooke une responsabilité énorme qui lui imposerait des obligations sans que cela rapporte. On croit plutôt que c’est au MCC de classer le bâtiment pour faciliter l’octroi de subvention.

Approche marketing

Évoquant la prison de Trois-Rivières qui propose des activités d’animation et offre des nuitées, on conclut que le bassin touristique d’activités similaires est limité et qu’il faut trouver une vocation originale qui soulignerait le passé carcéral de l’édifice. Toutefois, à Trois-Rivières, on croit au contraire qu’une vocation semblable pourrait créer des collaborations sans se nuire.

Intérieur, prison Winter Photo : Jarold Dumouchel, (Urbex Playground, 2013)

Intérieur, prison Winter
Photo : Jarold Dumouchel, (Urbex Playground, 2013)

Les responsables de Trois-Rivières ajoutent qu’il faut être prêt à attendre des années pour rentabiliser les travaux nécessaires. Selon eux, le patrimoine a un rôle éducatif important, contribue à la cohésion sociale de la communauté locale et stimule sa fierté envers son histoire. Elle doit se mobiliser et décider de ce qu’elle veut faire du bâtiment.

Est-il trop tard?

Les résultats d’une nouvelle étude de faisabilité sont attendus prochainement. Il est à souhaiter que les différents intervenants du milieu sauront se mobiliser avec la population et décider des suites à donner au projet de la prison Winter.

5 réponses à La prison Winter à Sherbrooke :

un patrimoine qui s’enlise

  • Alberola stephanie dit :

    Il est certain qu’un projet de tel envergure serait fantastique pour la ville de Sherbrooke, pour l’histoire et l’impact de ce lieu et surtout pour les nombreux créateurs (architectes, designers, restaurateurs, historiens) du Québec. Apporter un geste de modernité en conservant et restructurant un espace imprégné d’histoire n’est-ce pas le rêve de tout créateur?

  • Manon Dubois dit :

    Bonjour a vous! Je me présente Manon Dubois je suis une des enquêteurs du groupe paracontacts. J’ai entendu parlé que vôtre prison serait hanté. Nous paracontacts nous somme des chercheurs de phénomènes paranormal. Nous serions intéresser a aller faire une investigation dans votre prison. Nous somme des gents très sérieux et professionnel nous prenons nôtre travail a coeur. Vous pouvez allé voir notre site le travail que nôtre equipe fait. Au .www.paracontacts.com . J’attend de vos nouvelles.

    Mes salutations a vous.

    Manon Dubois

    • Diane Joly dit :

      Bonjour madame Dubois,

      J’aimerais bien vous aider car vos recherches sont bien intéressantes. Cependant, la prison Winter fut l’objet d’un billet sur le patrimoine et je ne suis pas en contact avec leur propriétaire, la Société de sauvegarde de la vieille prison. Nul doute qu’elle pourra vous aider.

      Bonne chance dans vos recherches.

  • Jimmy dit :

    bonjour, je me demandais si on pouvait prendre des photos des lieux

    • Diane Joly dit :

      Au moment de la rédaction du billet, le propriétaire de la prison était en fin de vie. Si vous communiquez avec l’organisme Destination Sherbrooke, peut être aussi la ville, ils seront en mesure de vous aider.

Répondre à Jimmy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>